shopping-bag 0
Items : 0
Subtotal : 0,00
View Cart Check Out

Actualités

Samir Benméziane : "Orléans ? Un match très important"

Samir Benméziane n’a pas joué contre Belfort. Et l’Etoile a perdu 1-0.
Samir n’a pas non plus joué à Dunkerque. Et l’Etoile a encore perdu 1-0. Vous voyez ce qu’on veut dire…
Touché à l’adducteur (élongation) deux jours avant la réception des Franc-Comtois, l’ancien joueur d’Orléans effectuera son retour vendredi, devant les caméras de MaChaîneSport, face à … Orléans. Voilà qui tombe bien !
Dire qu’il a manqué lors des deux dernières rencontres est un euphémisme, d’autant que la doublette qu’il compose avec son compère Grégory Gendrey devant est des plus complémentaires. On peut même parler de triplette quand on voit comment Akim Orinel, le meneur de jeu, recherche souvent son avant-centre. Son ami. Entre Arlésiens…
Pour la venue d’Orléans, une équipe annoncée comme l’une des plus fortes du championnat, tombée de Ligue 2 en mai dernier, et donc toujours dépositaire du statut professionnel, la triplette Benméziane-Orinel-Gendrey devrait justement être recomposée – si le coach Jean-Marc Pilorget en décide ainsi -, ce qui n’est plus arrivé depuis … la 4e journée à Avranches. On espère que c’est bien plus qu’un signe…
Et puis, n’oublions pas non plus que les six buts inscrits cette saison – ce n’est pas beaucoup, on vous l’accorde – l’ont été par les deux attaquants, Gendrey et Benméziane.
Bref, Samir, qui a suivi l’évolution du score du dernier match à Dunkerque via notre live, est de retour, et tentera de « la mettre au fond ». Ou de « les mettre au fond ». Ce qui lui est arrivé deux fois cette saison. Et qui aurait pu lui arriver deux autres fois, on pense aux deux occasions contre Bastia et à cette balle de 2-1 à un quart-d’heure de la fin à Strasbourg : « Contre Bastia, j’étais en angle fermé, je n’ai pas voulu frapper au but, j’avais du monde autour de moi… Contre Strasbourg, forcément, je m’en veux, enfin, oui et non, parce qu’il y a un gardien en face, il est là pour les arrêter. Des occasions, j’en louperai encore. Je ne me prends plus la tête avec ça. En ce moment, je suis bien. Je sais ce que je suis capable de faire et ce que je peux apporter à une équipe. »
C’est que Samir n’est plus un débutant. Il a 27 ans. Et un CV qui parle pour lui. Avec Nîmes, en Ligue 2, il avait inscrit 11 buts en 31 matches (et 2 en Coupes) en 2013-2014; et 12 avec Uzès en 20 matches, en National (2012-2013), sans compter les 44 buts (dont 19 lors de la saison 2010-11) avec Le Pontet, en trois saisons de CFA (2009-2012).
En fait, il n’y a qu’à Orléans, la saison passée, pour son premier départ loin du Sud, où cela ne s’est pas très bien passé : « Je n’ai mis que 2 buts, j’ai déjà fait autant cette année, plaisante-t-il ; à Orléans, où je connais encore Gauthier Pinaud, je me plaisais, la ville est très belle, mais sportivement, cela a été compliqué. Avant d’arriver là-bas, j’avais toujours joué régulièrement, marqué régulièrement, mais je suis arrivé tard, blessé, j’ai été suspendu 4 matches, bref, ça a mal commencé, j’ai été freiné, et en deuxième partie de saison, le jeu de l’équipe de l’équipe ne me convenait pas trop, il n’y avait pas beaucoup de ballons dans la surface, mais ce ne sont pas des excuses. Tous les joueurs vivent des saisons compliqués. J’espère que le plus dur est passé. En tout cas, il n’y aura aucun esprit de revanche, juste l’envie de renouer avec la victoire, d’enchaîner les victoires, pour recoller au haut de tableau. »
Cet été, Samir cherchait un club de Ligue 2 – rien que de très normal quand on a disputé deux saisons de suite à ce niveau, – mais il a opté pour un choix plus rapide : « Je voulais être fixé rapidement, si j’avais attendu, je n’aurais peut-être pas été un premier choix en Ligue 2. J’avais aussi envisagé d’aller dans un club ambitieux de National, même si à ce niveau, tous les clubs veulent monter ! Jean-Marc Pilorget me voulait, je me rapprochais de chez moi (Arles), j’avais déjà affronté Fréjus/Saint-Raphaël, et puis Akim (Orinel) m’a parlé du club, aussi. Avec Akim, on se connaît depuis tout petit, on est quasiment du même quartier, à Arles. On est toujours resté en contact. »
Bon, alors, comment juge-t-il le début de saison de l’Etoile FCFSR ? « C’est sûr, j’aurais aimé qu’on prenne des points contre Belfort et à Dunkerque, mais il ne faut pas s’alarmer. Il faut repartir de l’avant, remettre un coup de collier. Si on gagne deux matches, on recolle au haut du classement, c’est pour ça qu’Orléans est un match important. Notre problème, c’est qu’on ne fait pas de série, on ne gagne pas deux matches de suite. Mais ça va vite dans les deux sens : regardez Strasbourg, en deux matches (deux victoires), ils sont passés du bas au haut du tableau. On n’est pas largué, mais il ne faut pas non plus qu’on le soit ».
Journée 9 (vendredi 2 octobre 2015) : Etoile FC Fréjus/St-Raphaël (14e, 9 points) – US Orléans (4e, 13 points), à 20h30, en direct sur MaChaîneSport.
A suivre en direct live sur la page facebook officielle du club, sur le compte twitter du club, et sur l’application Score n’co.